Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 septembre 2012 4 20 /09 /septembre /2012 12:46

 

Mageste 0884

Olivier Mageste dans un café d'El Rocio,

le surlandemain de la corrida de Jose Tomas à Huelva

 

La Belgicana est heureuse de vous annoncer la venue à Bruxelles d’Olivier Mageste le samedi 13 octobre prochain.


Pour ceux qui ne connaissent pas, ou peu, notre futur invité, Olivier Mageste est « un touche à tout » de la tauromachie. Originaire du sud ouest,  il tente l’aventure « torero » et part à Madrid où il intègre l’école taurine nous sommes en 1981. Ses compañeros de l’époque se nomment Joselito, El Yiyo, El Fundi, Niño de la Taurina…

 

Il arrête son parcours en novillada piquée.


Plus tard, il passe de l’autre coté du ruedo en devenant l’apoderado de Fernando Cruz dont il s’occupe depuis le stade des non piqués (victorieux du Bolsin de Bougue) jusqu’à l’alternative de luxe avec Manzanarès et El Juli.


Aujourd’hui, il travaille comme chroniqueur taurin pour le journal Sud-ouest.

 

Aux dernières nouvelles, Olivier serait en train d'aprivoser la casquette d'empresa.



Au programme de cette journée:


-          L’après-midi : Cours de toreo de salon et explications, trastos en main, des termes taurins souvent entendus mais régulièrement mal compris ou mal employés, comme toqué par fuera, tirer des lignes, difficultés des naturelles de face, différents pase de pecho etc… Est-il plus difficile de mettre la main en bas qu'à mi-hauteur ? Devant soi ou au niveau du corps ? Est-on croiser devant la première corne, au milieu du front, à la deuxième corne, à la troisième ? Préparez vos questions !


-          En soirée : Retour en images sur le solo historique de Jose Tomas à Nîmes avec les commentaires succulents d’Olivier. L'occasion de se revivre cette corrida mémorable tout en décortiquant les gestes du maestro de Galapagar.


Prix de la journée (avec le repas du soir compris) : 35€

Sur réservation uniquement.

 

 

Hasta pronto, la Belgicana.

 

 

 

* Jeu de mollet, un peu lourd, je sais.

Partager cet article

Repost 0
Published by La Belgicana - dans ACTIVITES
commenter cet article

commentaires

Bernardo 21/10/2012 02:19

Queridos aficionados,
Enfin un vrai prof, qui nous corrige l'un après l'autre, qui n'hésite pas à nous poser les pieds à leur place manu militari lorsque la suerte laisse trop à désirer (ou tout-
à-fait nulle dans mon cas); On n'avait pas vu ça depuis l'inoubliable Vincent Blondeau et sa pédagogie efficace héritée d'un lointain passé militaire.
J'ai repris mon carretón de l'atelier où il sommeillait au
milieu des bâches que Don Vicente élabore avec ses fidèles
artisans, activité qui le rapproche de la mienne (dans le
cadre du "Taller Bernardo")dans le but de le rendre apte à la pose des banderilles sur une plate-forme surélevée comme on me l'a suggéré.
Le cours intensif organisé par notre Président semble avoir eu le succès attendu si j'en crois la réponse à mon SMS interrogatif. Les aficionados prácticos sont "aux anges" selon lui.

En marge (pas "Margé") de cette chronique, j'aimerais commenter de manière générale une tauromachie qui nous est familière: la corrida portuguaise.
J'ai entendu dire par un inconditionnel de cette dernière que la nôtre lui paraissait "muito poco estetica" lors d'une "tourada" au Campo Pequenho de Lisbonne.
Il ne suffit pas de s'habiller au style du XVIIIème siècle,
d'organiser un défilé d'esclaves, de carrosses de luxe et de personnages folkloriques lors du paseo pour masquer les réalités suivantes:
-Il n'y a pas de picador, mais les premiers "rejones de castigo" sont des harpons multilames capables de tuer une baleine, décorés des guirlandes les plus baroques.
-Le taureau est toujours "enfundado", ce qui limite le risque pour le cheval et son cavalier.
-Il n'y a pas de mise à mort publique immédiate, avec la
souffrance et le stress que cela implique jusqu'à l'arrivée de l'employé des abattoirs, à la fin du 6ème !

Si je suis mal informé, dites-le moi.

Je reconnais par contre l'apport incontestable des courageux "forcados" qui soumettent le taureau "a cuerpo limpio" comme les "recortadores" ou les écarteurs landais, ou même les razeteurs
camarguais.

Je me prépare au fascinant voyage de la Toussaint...Les mots me manquent pour qualifier la merveilleuse aventure qui nous attend.

Plus Aficionado que jamais,
Bernardo.

Eventos próximos

 

 

Recherche

La Belgicana? Quien es?

La Peña Taurine emprunte le nom de "La Belgicana" une des premières femmes torero du XIXe, de son vrai nom Eugénie Bartès. Cette Bruxelloise de naissance (c'était le 14 mars 1876)  est à notre connaissance la seul(e) Belge a avoir revéti le costume de lumière.  Pour en savoir plus voici un article d'El Enano (cliquez sur la photo) publié... le 1er avril 1895, ça ne s'invente pas et pourtant la Belgicana a bel et bien existé. Le Club Taurin Paul Ricard "la Belgicana" est né officiellement le 9 avril 2011 à Bruxelles, le philosophe Francis Wolff (notre premier invité, ici son fabuleux Pregon) fut le témoin priviligié de la deuxième naissance de la Belgicana. Le CTPR la Belgicana est jumelée avec les clubs taurins Culturaficion et le Ruedo Newton à Paris.

La-Belgicana-Photo.jpg     

Archives

Ils sont venus à Bruxelles

Francis Wolff (Philosophe)

Dominique Perron (Président de l'UCTPR)

Miguel Angel Martin (Fundacion Eurotoro)

Vincent Blondeau (Professeur de toreo de salon)

Marc Serrano (Torero)

Patrick Laugier (Ganadero)

Serge Almeras (Apoderado)

Fabio Castañeda (Torero)

Pierre Vidal (Journaliste)

David White "El Irlandes" (Torero)

Olivier Mageste (Taurino)

Juan Mora (Torero)

Alain Montcouquiol (Ecrivain)

On est allé chez eux

Mariano Cifuentes (Ganadero)

Anibal Ruiz (Torero)

Patrick Laugier (Ganadero)

Ecole taurine de Madrid

Justo Algaba (Sastre)

Marc Serrano (Torero)

Los Eulogios (Ganadero)

Vincent Fare (La Paluna)

AMTF

Victorino Martin (Ganadero)

Dias Coutinho (Ganadero)